Les Maîtres du désordre

par Shannah

Une très belle exposition au Musée du Quai Branly (jusqu’au 29 juillet), grâce à laquelle j’ai découvert Jean-Luc Verna… (entre autres). L’exposition s’articule autour de trois axes. Le centre en est un équilibre précaire entre l’ordre et le désordre, avec pour objet le monde, Dieu, l’homme. Les axes, le désordre du monde, la maîtrise du désordre, et la catharsis; offrent une réflexion à la fois archaïque et contemporaine (des artistes contemporains ont collaboré ou sont exposés : Annette Messager, Jean-Luc Verna, Jean-Michel Alberola…) sur la lutte continuelle, qui se joue aussi bien au niveau du microcosme (l’homme), que du macrocosme (le monde, et Dieu).

Une très belle exposition, livrée dans une installation très contemporaine et très industrielle , qui crée un décalage avec par exemple les chamanes, les statues grecques exposées, que je n’ai pas forcément goûté… Mais de très bonnes idées aussi : exposer Basquiat à côté d’une statuette d’Exu; intégrer Picasso…

Les objets présentés viennent d’Afrique, d’Asie, de Sibérie, du Canada, de la Suisse…

Un mélange sacré-profane, qui exhale le mystique même lorsque Dieu est absent. Une même pensées, les mêmes interrogations, le même regard perdu vers l’infini. Devant certaines oeuvres, un certain malaise, l’impression d’être observé par ces figures immortelles; des oeuvres troublantes aussi, impressionnantes.

Publicités